top of page

Dysmorphophobie : comprendre pour mieux traiter

Dysmorphophobie : comprendre pour mieux traiter

Dylan Patiram
Badge profil vérifié

Auteur :

Dylan Patiram

Psychologue Clinicien

Spécialisation TCC

Publication :

19 juin 2024

Mise à jour :

11 min

Temps de lecture
Dysmorphophobie : comprendre pour mieux traiter

La dysmorphophobie est un trouble psychologique caractérisé par une préoccupation excessive et obsessionnelle pour un défaut imaginaire ou minime de l'apparence physique. Cette peur de la laideur affecte la qualité de vie des personnes souffrant de dysmorphophobie, qui se sentent constamment mal à l'aise avec leur image corporelle.


Dans cet article, nous allons vous aider à comprendre, traiter et vivre avec la dysmorphophobie. Nous verrons ce qui se cache derrière ce trouble, comment il se manifeste chez les hommes, quelles sont ses causes et ses conséquences, et quelles sont les stratégies de prise en charge et de traitement possibles.


Nous espérons que cet article vous apportera des informations utiles et des pistes de réflexion pour mieux appréhender la dysmorphophobie.

Comprendre la dysmorphophobie

Comprendre la dysmorphophobie

Photo de Andrea Piacquadio

Qu'est-ce que la dysmorphophobie ?


La dysmorphophobie, aussi appelée trouble dysmorphique corporel (TDC), est un trouble psychologique qui se caractérise par une préoccupation excessive et obsessionnelle pour un défaut imaginaire ou minime de l'apparence physique. Cette peur de la laideur affecte la qualité de vie des personnes souffrant de dysmorphophobie, qui se sentent constamment mal à l'aise avec leur image corporelle.


La dysmorphophobie fait partie du spectre des troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Les personnes atteintes de dysmorphophobie ont des pensées intrusives et négatives sur leur apparence, qu'elles ne peuvent pas contrôler.


Elles passent beaucoup de temps à vérifier, comparer ou dissimuler leur défaut perçu. Elles peuvent aussi avoir recours à des traitements dermatologiques ou à la chirurgie esthétique, sans être satisfaites du résultat.


La dysmorphophobie et le genre : pourquoi nous focalisons-nous sur les hommes ?


La dysmorphophobie touche aussi bien les hommes que les femmes, mais elle peut se manifester différemment selon le genre. Les hommes sont souvent plus préoccupés par leur musculature, leur pilosité, leur calvitie ou la taille de leur pénis.


Les hommes sont souvent moins enclins à demander de l'aide ou à reconnaître leur souffrance psychologique. Ils peuvent avoir honte de leur trouble ou craindre d'être jugés comme narcissiques ou superficiels. Ils peuvent aussi ignorer l'existence de la dysmorphophobie ou la confondre avec d'autres troubles, tels que l'hypocondrie, qui implique une inquiétude excessive pour une santé perçue comme défaillante, alors qu'en réalité, tout va bien.


Pour ces hommes, la possibilité de consulter un psychologue en ligne pourrait être une solution discrète et pratique pour aborder leurs préoccupations et entamer un processus thérapeutique sans le stigmate ou l'inconfort d'une consultation en personne.


C'est pourquoi nous avons choisi de nous focaliser sur les hommes dans cet article, afin de les sensibiliser à ce trouble méconnu et sous-diagnostiqué, et de leur donner des pistes pour le comprendre, le traiter et le vivre au mieux.

Les spécificités de la dysmorphophobie chez les hommes

Les spécificités de la dysmorphophobie chez les hommes

Photo de Andrea Piacquadio

Les zones corporelles concernées : musculature, chevelure et plus


La dysmorphophobie peut toucher n'importe quelle partie du corps, mais chez les hommes, certaines zones sont plus fréquemment concernées. Il s'agit notamment de la musculature, de la chevelure, du visage, du torse, des organes génitaux et de la taille.


Les hommes souffrant de dysmorphophobie peuvent se sentir insatisfaits de leur masse musculaire, qu'ils jugent trop faible ou trop grasse. Ils peuvent avoir recours à des régimes, des exercices intensifs, des compléments alimentaires ou des stéroïdes pour tenter de modifier leur apparence.


La chevelure est aussi une source d'angoisse pour certains hommes, qui craignent de perdre leurs cheveux ou de les voir blanchir.

Ils peuvent utiliser des produits capillaires, des teintures, des perruques ou envisager une greffe de cheveux.


Le visage est une autre zone sensible, qui peut être affectée par des défauts réels ou imaginaires, tels que l'acné, les cicatrices, les rides, la forme du nez, des oreilles, des yeux ou de la bouche. Les hommes peuvent essayer de camoufler ces défauts avec du maquillage, des lunettes, des chapeaux ou des masques. Ils peuvent aussi avoir recours à la chirurgie esthétique ou à la médecine esthétique.


Le torse est également une zone qui peut générer de la dysmorphophobie chez les hommes, notamment en raison de la gynécomastie, qui est un développement excessif des glandes mammaires chez l'homme.

Cette anomalie peut être due à des causes hormonales, médicamenteuses ou pathologiques. Les hommes qui en souffrent peuvent se sentir honteux de leur poitrine et chercher à la dissimuler avec des vêtements amples ou des bandages.

Ils peuvent aussi envisager une intervention chirurgicale pour réduire le volume des seins.


Les organes génitaux sont une autre source de préoccupation pour certains hommes, qui se comparent souvent à des standards irréalistes véhiculés par les médias ou la pornographie. Ils peuvent se sentir complexés par la taille, la forme, la couleur ou la fonctionnalité de leur pénis ou de leurs testicules. Ils peuvent développer des comportements d'évitement sexuel, de vérification compulsive ou de recherche de traitements médicaux ou chirurgicaux.


La taille est enfin un critère qui peut influencer l'image de soi chez les hommes, qui peuvent se sentir inférieurs s'ils sont trop petits ou trop grands.

Ils peuvent chercher à augmenter ou à diminuer leur taille avec des chaussures, des talonnettes, des coiffures ou des postures. Ils peuvent aussi souffrir de discrimination ou de moqueries en raison de leur taille.


Les statistiques : prévalence chez les hommes


La dysmorphophobie est un trouble qui touche environ 2% de la population générale, selon les études. Toutefois, il est difficile d'évaluer la prévalence exacte de ce trouble, car il est souvent sous-diagnostiqué ou confondu avec d'autres troubles.


Les hommes sont moins nombreux que les femmes à consulter pour des problèmes liés à l'apparence physique, ce qui peut expliquer qu'ils soient moins diagnostiqués. Néanmoins, certaines études suggèrent que la dysmorphophobie touche autant les hommes que les femmes, voire plus les hommes dans certains cas.

Pression sociale et rôle des médias

Pression sociale et rôle des médias

Photo de Magnus Mueller

La pression sociale et les stéréotypes de masculinité


La dysmorphophobie chez les hommes peut être influencée par la pression sociale et les stéréotypes de masculinité. Ces stéréotypes sont des croyances partagées sur ce que signifie être un homme, et sur les caractéristiques, les comportements, les rôles et les valeurs qui lui sont associés.


Les stéréotypes de masculinité peuvent être positifs ou négatifs, mais ils sont souvent restrictifs et normatifs. Ils imposent aux hommes des attentes et des exigences qui peuvent être difficiles à atteindre ou à maintenir.


Par exemple, les hommes sont censés être forts, virils, dominants, compétitifs, indépendants, rationnels, performants, etc.


Ces stéréotypes peuvent générer de la pression sociale, c'est-à-dire une influence exercée par le groupe sur l'individu pour qu'il se conforme aux normes et aux attentes du groupe. La pression sociale peut être explicite ou implicite, positive ou négative, mais elle a toujours pour effet de modifier le comportement ou les croyances de l'individu.


La pression sociale peut avoir un impact sur l'image de soi et l'estime de soi des hommes. Si les hommes ne se sentent pas conformes aux stéréotypes de masculinité, ils peuvent développer un sentiment d'insécurité, d'infériorité, de honte ou de culpabilité.

Ils peuvent aussi craindre le rejet, la moquerie ou la stigmatisation de la part des autres.


L'influence des médias et des réseaux sociaux


Les médias et les réseaux sociaux sont des sources d'information, de divertissement, de communication et de socialisation. Ils sont aussi des vecteurs de diffusion des stéréotypes de masculinité et des idéaux de beauté.


Ils peuvent avoir une influence sur la perception que les hommes ont de leur apparence physique et de leur valeur personnelle.


Les médias et les réseaux sociaux véhiculent souvent des images retouchées, filtrées ou truquées, qui présentent des corps masculins parfaits, musclés, bronzés, sans défauts. Ces images peuvent créer des comparaisons sociales, des insatisfactions, des complexes ou des frustrations chez les hommes qui ne se reconnaissent pas dans ces modèles.


Les médias et les réseaux sociaux peuvent aussi renforcer la pression sociale, en exposant les hommes au regard et au jugement des autres. Ils peuvent inciter les hommes à se mettre en scène, à se valoriser, à se conformer ou à se différencier, selon les tendances et les normes du moment.

Ils peuvent aussi favoriser des comportements à risque, comme le recours à des produits ou des interventions pour modifier son apparence.


Les médias et les réseaux sociaux ne sont pas forcément négatifs, ils peuvent aussi être des sources de soutien, de partage, de diversité et de créativité. Mais il est important de garder un regard critique et lucide sur les images et les messages qu'ils véhiculent, et de ne pas se laisser influencer par des idéaux irréalistes ou nocifs.

Les causes et facteurs de risque

Les causes et facteurs de risque

Photo de Kampus Production

Facteurs biologiques et psychologiques


La dysmorphophobie est un trouble multifactoriel, qui résulte de l'interaction de facteurs biologiques et psychologiques. Parmi les facteurs biologiques, on peut citer :

  • Des anomalies cérébrales, notamment dans les régions impliquées dans le traitement de l'information visuelle, la perception de soi et l'émotion.

  • Des déséquilibres chimiques, notamment au niveau de la sérotonine, un neurotransmetteur qui régule l'humeur, l'anxiété et le comportement.

  • Une prédisposition génétique, qui augmente le risque de développer le trouble si un parent biologique en souffre.

Parmi les facteurs psychologiques, on peut citer :

  • Une faible estime de soi, qui rend la personne plus vulnérable aux critiques et aux comparaisons sociales.

  • Des expériences traumatisantes, comme le harcèlement, les abus, le rejet ou l'humiliation, qui peuvent affecter l'image de soi et la confiance en soi.

  • Des troubles associés, comme les troubles anxieux, dépressifs, obsessionnels compulsifs ou alimentaires, qui peuvent aggraver les symptômes de la dysmorphophobie.


Les sports, la musculation et le culte du corps parfait


La dysmorphophobie peut aussi être influencée par des facteurs environnementaux, comme la pratique de certains sports, la musculation ou le culte du corps parfait. Ces facteurs peuvent avoir des effets positifs ou négatifs sur l'image corporelle, selon la façon dont ils sont vécus.


La pratique de certains sports, comme la natation, la gymnastique, la danse ou le culturisme, peut exposer les hommes à des jugements sur leur apparence physique, et les inciter à se conformer à des standards de beauté spécifiques. Ces sports peuvent aussi favoriser le développement d'une dysmorphophobie musculaire, qui se caractérise par une insatisfaction chronique de sa masse musculaire.


La musculation peut être une activité bénéfique pour la santé physique et mentale, si elle est pratiquée de façon modérée et équilibrée. Elle peut aider à renforcer l'estime de soi, à réduire le stress et à améliorer l'humeur.


Toutefois, la musculation peut aussi devenir une obsession, si elle est pratiquée de façon excessive et compulsive. Elle peut alors entraîner des risques pour la santé, comme des blessures, des troubles alimentaires, ou l'abus de substances dopantes. On appelle ça l'addiction au sport, ou bigorexie.


Le culte du corps parfait est un phénomène social qui valorise l'apparence physique comme un critère essentiel de réussite et de bonheur.


Il est alimenté par les médias, la publicité, la mode ou la pornographie, qui diffusent des images idéalisées et irréalistes du corps masculin. Il peut engendrer une pression sociale et une insatisfaction corporelle chez les hommes, qui cherchent à atteindre ces idéaux inaccessibles. Il peut aussi favoriser le développement de comportements dysfonctionnels, comme l'évitement, le camouflage, la vérification ou la modification de son apparence.

Les conséquences de la dysmorphophobie sur la vie des hommes

Les conséquences de la dysmorphophobie sur la vie des hommes

Photo de Pixabay

Impact sur la santé mentale : anxiété, dépression et isolement


La dysmorphophobie peut avoir un impact négatif sur la santé mentale des hommes, en provoquant de l'anxiété, de la dépression et de l'isolement.


L'anxiété est un état de nervosité, d'inquiétude ou de peur excessive, qui peut se manifester par des symptômes physiques (palpitations, sueurs, tremblements, etc.) ou psychologiques (angoisse, rumination, panique, etc.). Les personnes souffrant de dysmorphophobie peuvent ressentir de l'anxiété à l'idée de se montrer en public, d'être observés ou jugés par les autres, ou de ne pas correspondre aux standards de beauté. Ils peuvent aussi développer des phobies spécifiques, comme la peur des miroirs, des appareils photo ou des situations sociales.


La dépression est un trouble de l'humeur, qui se caractérise par une tristesse persistante, une perte d'intérêt ou de plaisir, une fatigue, une culpabilité, une faible estime de soi, des troubles du sommeil ou de l'appétit, etc. La dysmorphophobie peut amener à développer une dépression à cause de l'insatisfaction chronique liée à son apparence, un sentiment d'impuissance ou d'échec, ou un isolement social.


Ces personnes peuvent aussi avoir des idées suicidaires, qui peuvent les pousser à passer à l'acte.

L'isolement est un état de solitude, de détachement ou de retrait des relations sociales. Les hommes souffrant de dysmorphophobie peuvent s'isoler par peur du regard des autres, par honte de leur apparence, ou par manque de confiance en soi.


Ils peuvent éviter les activités qui impliquent de se montrer, comme le sport, le travail, les loisirs, les sorties, etc. Ils peuvent aussi se couper de leurs proches, qui ne comprennent pas leur souffrance ou qui la minimisent. L'isolement peut aggraver les symptômes de la dysmorphophobie, en renforçant le sentiment de mal-être, de rejet ou de stigmatisation.


Conséquences sur la santé physique : troubles alimentaires et abus de substances


La dysmorphophobie peut aussi avoir des conséquences sur la santé physique, en favorisant l'apparition de troubles alimentaires et d'abus de substances.


Les troubles du comportement alimentaire se manifestent par une perturbation de la relation à la nourriture, au poids et à l'image corporelle. Ils peuvent prendre différentes formes, comme l'anorexie, la boulimie, l'hyperphagie, ou les troubles de l'alimentation non spécifiés.


Les hommes souffrant de dysmorphophobie peuvent développer des troubles alimentaires dans le but de modifier leur apparence physique, en se privant de nourriture, en se faisant vomir, en utilisant des laxatifs, etc.


Ces pratiques peuvent entraîner des risques pour la santé, comme la dénutrition, la déshydratation, les carences, les troubles digestifs, les problèmes cardiaques, etc.


L'abus de substances est l'utilisation excessive ou inappropriée de substances psychoactives, qui modifient l'état de conscience, l'humeur ou le comportement. Il peut s'agir de substances légales (alcool, tabac, médicaments, etc.) ou illégales (drogues, stéroïdes, etc.).


Les hommes souffrant de dysmorphophobie peuvent abuser de substances pour tenter de soulager leur anxiété, leur dépression ou leur insatisfaction corporelle, ou pour essayer de changer leur apparence physique, en augmentant leur masse musculaire, leur bronzage, etc. Ces substances peuvent avoir des effets néfastes sur la santé, comme la dépendance, le sevrage, les intoxications, les infections, les troubles hépatiques, rénaux, hormonaux, etc.

Stratégies de prise en charge et de traitement

Stratégies de prise en charge et de traitement

Photo de SHVETS production

Le rôle crucial du diagnostic précoce


La dysmorphophobie est un trouble qui peut avoir des conséquences graves sur la santé et la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Il est donc essentiel de poser un diagnostic précoce et de proposer une prise en charge adaptée.


Le diagnostic précoce permet de réduire la durée et la sévérité des symptômes, d'éviter les complications, de prévenir le risque suicidaire, et d'améliorer le pronostic et le rétablissement. Il permet aussi de limiter les coûts humains et financiers liés au trouble, comme les consultations médicales, les traitements dermatologiques ou chirurgicaux, ou les arrêts de travail.


Pour poser un diagnostic précoce, il faut être attentif aux signes de la dysmorphophobie, qui peuvent être discrets ou masqués par d'autres troubles. Il faut aussi encourager les personnes à parler de leur souffrance et à consulter un professionnel de santé, qui pourra évaluer leur situation et leur proposer des solutions.


La psychothérapie : types et efficacité


La psychothérapie est un traitement qui consiste à utiliser des méthodes psychologiques pour aider les personnes à surmonter leurs difficultés et à améliorer leur bien-être. Il existe différents types de psychothérapie, qui peuvent être adaptés aux besoins et aux objectifs de chaque personne.


La psychothérapie la plus efficace pour traiter la dysmorphophobie est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Il s'agit d'une approche qui vise à modifier les pensées, les émotions et les comportements qui entretiennent le trouble.

La TCC comprend plusieurs techniques, comme l'exposition, la restructuration cognitive, la prévention de la réponse, ou le renforcement positif.


La TCC peut être pratiquée en individuel ou en groupe, et peut être associée à des médicaments.


D'autres formes de psychothérapie peuvent aussi être utiles pour la dysmorphophobie, comme la psychanalyse, la thérapie interpersonnelle ou la thérapie familiale. Ces thérapies permettent aux personnes de mieux comprendre les origines et le sens de leur trouble, de renforcer leur estime de soi, de développer leurs ressources, de résoudre leurs conflits, et de restaurer leur lien social.

Conclusion

Conclusion

Photo de RDNE Stock project

Dans cet article, nous avons abordé le sujet de la dysmorphophobie chez les hommes, un trouble psychologique qui se caractérise par une préoccupation excessive et obsessionnelle pour un défaut imaginaire ou minime de l'apparence physique. Nous avons vu ce qui se cache derrière ce trouble, comment il se manifeste chez les hommes, quelles sont ses causes et ses conséquences, et quelles sont les stratégies de prise en charge et de traitement possibles.


Nous espérons que cet article vous a apporté des informations utiles et des pistes de réflexion pour mieux appréhender la dysmorphophobie. Si vous pensez souffrir de ce trouble, ou si vous connaissez quelqu'un qui en souffre, n'hésitez pas à en parler avec un professionnel de santé, qui pourra vous aider à trouver une solution adaptée.


La dysmorphophobie n'est pas une fatalité, elle peut se soigner et se surmonter avec un accompagnement approprié.

bottom of page