top of page

Trouble de l'humeur : explications complètes

Trouble de l'humeur : explications complètes

Dylan Patiram
Badge profil vérifié

Auteur :

Dylan Patiram

Psychologue Clinicien

Spécialisation TCC

Publication :

13 juin 2024

Mise à jour :

12 min

Temps de lecture
Trouble de l'humeur : explications complètes

Dans cet article, nous allons vous expliquer ce qu'est un trouble de l'humeur, quels sont les principaux types, les signes et les symptômes, les causes potentielles et les facteurs de risque, le diagnostic et le traitement, ainsi que la prévention et la gestion de cette maladie.


Nous nous appuierons sur les sources les plus fiables et les plus récentes, comme le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, l'organisation mondiale de la santé (DSM-V, CIM-11), et les manuels médicaux de référence. Nous vous donnerons également des conseils pratiques et des ressources utiles pour vous aider à mieux comprendre et à mieux vivre avec un trouble de l'humeur.

Qu'est-ce qu'un trouble de l'humeur?

Qu'est-ce qu'un trouble de l'humeur?

Photo de TETrebbien sur Unsplash

Définition


Un trouble de l'humeur est une affection mentale qui se caractérise par des variations anormales de l'état émotionnel. Il peut s'agir de périodes de tristesse intense (dépression), de joie excessive (manie), ou d'une alternance des deux (trouble bipolaire).


Ces troubles affectent la qualité de vie, les relations sociales, et le fonctionnement quotidien des personnes qui en souffrent.


Les troubles de l'humeur sont différents des émotions normales que les personnes ressentent au cours de leur vie. La tristesse est une réponse naturelle à une perte, un échec, une déception, un traumatisme ou une catastrophe.


Le bonheur, l'exaltation ou la joie sont des émotions positives que les personnes ressentent lorsqu'elles se sentent bien. Les troubles de l'humeur sont diagnostiqués lorsque la tristesse ou l'exaltation est plus intense qu'à la normale, s'accompagne de certains autres symptômes et altère la capacité à fonctionner physiquement, socialement et au travail.


2 groupes de troubles de l’humeur


Les troubles de l'humeur sont divisés en deux groupes : les troubles dépressifs et les troubles bipolaires.

Les troubles dépressifs regroupent plusieurs formes de dépression, comme le trouble dépressif majeur, le trouble dépressif persistant, le trouble dysphorique prémenstruel, ou le trouble dépressif induit par des substances/médicaments.

Les troubles bipolaires impliquent une alternance d'épisodes de dépression et de manie ou d'hypomanie (forme moins sévère de manie), qui peuvent varier en intensité, en durée et en fréquence.

Les principaux types de troubles de l'humeur

Les principaux types de troubles de l'humeur

Photo de Nathan Cowley

Troubles dépressifs


Ils sont suffisamment sévères ou persistants pour impacter négativement le quotidien, souvent accompagnée d'une diminution notable de l'intérêt ou du plaisir dans des activités autrefois appréciées (anhédonie). Bien que leur cause exacte reste floue, ces troubles résultent probablement d'une combinaison de facteurs, tels que l'hérédité, des modifications des taux de neurotransmetteurs, une altération des fonctions neuroendocrines et des facteurs psychosociaux. Le diagnostic repose principalement sur la reconnaissance des critères liés à la dépression.


Le traitement peut varier, incluant médicaments et/ou psychothérapie, et dans certains cas, ou la stimulation magnétique transcrânienne rapide.


Des traitements naturels sont aussi à l’essai, tels que les oméga 3 et les probiotiques. La luminothérapie présente également des résultats satisfaisants.


Plusieurs formes de dépression sont regroupées sous la bannière des troubles dépressifs, notamment le trouble dépressif majeur, le trouble dépressif persistant (dysthymie), le trouble dysphorique prémenstruel, ou encore le trouble dépressif induit par des substances/médicaments. Ces troubles se caractérisent par une humeur dépressive et/ou une perte d'intérêt ou de plaisir significative pour des activités autrement plaisantes; il n'est pas rare d'observer également des manifestations somatiques (par exemple, changement de poids, troubles du sommeil) et cognitives (difficultés de concentration). Lorsque la dépression s’aggrave et que le souffrant ne perçoit plus de solution pour s’en sortir et pour gérer son quotidien, il y a comme un étau qui se resserre sur lui. Cela peut amener à des pensées suicidaires, voire à des passages à l’acte.


Il est important de souligner l'existence de traitements efficaces pour la dépression, qu'elle soit légère, modérée, ou sévère. Lorsqu'une personne commence à montrer des signes de la guérison d'une dépression, tels que le regain d'énergie, la capacité à éprouver du plaisir ou à se projeter dans l'avenir, cela indique souvent que le traitement est efficace et que le patient est sur la voie de la récupération.


Troubles bipolaires


Les troubles bipolaires représentent une maladie psychiatrique chronique, caractérisée par des variations récurrentes de l'humeur. Elle se manifeste par des épisodes maniaques ou hypomaniaques (marqués par une exaltation de l’humeur, une agitation psychomotrice) en alternance avec des épisodes dépressifs, entrecoupés par des périodes de rémission. Ces troubles ont un impact significatif sur la qualité de vie, les interactions sociales, et sur le fonctionnement quotidien des individus concernés.


On distingue principalement les troubles bipolaires de type 1, caractérisés par un ou plusieurs épisodes maniaques ou mixtes pouvant être accompagnés ou non d'épisodes dépressifs majeurs, et les troubles bipolaires de type 2, qui associent au moins un épisode dépressif majeur à des phases d'hypomanie. Il est question d'épisodes hypomaniaques plutôt que maniaques, car les phases d’exaltation sont moins intenses.


Ces états peuvent parfois permettre une vie sociale à peu près normale. À noter, les troubles bipolaires se distinguent des fluctuations émotionnelles habituelles ressenties par tout un chacun. Ils requièrent un diagnostic lorsque l’intensité de l’exaltation ou de la dépression dépasse celle des réactions normales, s'accompagne de symptômes supplémentaires, et perturbe la capacité à fonctionner correctement dans la vie quotidienne, tant sur le plan physique et social que professionnel.

Signes et symptômes

Signes et symptômes

Photo de Scott R

Signes communs aux différents troubles de l'humeur


Les personnes souffrant d'un trouble de l'humeur peuvent ressentir divers malaises physiques et psychologiques plus ou moins intenses. Certains signes et symptômes sont propres aux troubles bipolaires.

Pour en savoir plus, consultez la sous-section Spécificités selon le type de trouble.

Les signes et symptômes physiques les plus fréquents sont :

  • fatigue, manque d'énergie;

  • problèmes de sommeil : la personne dort trop ou pas assez;

  • diminution ou augmentation de l'appétit, pouvant causer une perte ou un gain de poids;

  • hygiène corporelle négligée.


Les signes et symptômes psychologiques les plus fréquents sont :

  • une humeur dépressive ou une profonde détresse;

  • une perte d'intérêt envers les activités qu'elle avait l'habitude de trouver plaisantes;

  • des pensées suicidaires.


Spécificités selon le type de trouble


Selon le type de trouble de l'humeur, les signes et symptômes peuvent varier en intensité, en durée et en fréquence. Voici les principales spécificités selon le type de trouble :


  • Troubles dépressifs : la personne présente une humeur dépressive et/ou une perte quasi-totale d'intérêt ou de plaisir pour les activités qui étaient auparavant appréciées; des manifestations somatiques (p. ex., changement de poids, troubles du sommeil) et cognitives (p. ex., des difficultés de concentration) sont fréquentes. La dépression peut conduire au suicide.

  • Troubles bipolaires : la personne présente une alternance d'épisodes de dépression et de manie ou d'hypomanie (forme moins sévère de manie), qui peuvent varier en intensité, en durée et en fréquence. Au cours d'un épisode maniaque, la personne peut ressentir un besoin de sommeil réduit, une estime de soi exacerbée ou un sentiment de grandeur, une accélération des pensées, une rapidité d'élocution, une inattention et avoir des conduites à risque. Au cours d'un épisode dépressif, la personne peut ressentir les mêmes symptômes que ceux des troubles dépressifs.

Les causes potentielles et facteurs de risque

Les causes potentielles et facteurs de risque

Photo de Laura Nijssen

Causes potentielles


Les causes potentielles des troubles de l'humeur sont complexes et multifactorielles. Il n'existe pas d'unique cause ou de facteur déclenchant unanime expliquant pourquoi une personne développe un trouble de l'humeur. Les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs pouvant influencer ces troubles, parmi lesquels :


  • Facteurs génétiques : les troubles de l'humeur ont une tendance héréditaire au sein des familles. Avoir des parents ou des frères et sœurs souffrant de troubles de l'humeur augmente le risque d'en développer. Il n'y a pas de gène unique en cause, mais une interaction entre plusieurs gènes et l'environnement.

  • Facteurs neurobiologiques : liés à des déséquilibres chimiques dans le cerveau, les troubles de l'humeur impliquent des neurotransmetteurs, essentiels dans la communication neuronale, et la régulation de l'humeur. Des dysfonctionnements des systèmes de neurotransmetteurs, tels que la sérotonine et la dopamine, ainsi que des anomalies cérébrales, sont souvent associés à ces troubles.

  • Facteurs environnementaux : des événements stressants ou traumatisants, tels que la perte d'un proche ou un abus, peuvent déclencher ou exacerber les troubles de l'humeur. L'influence de facteurs sociaux, comme le soutien familial ou l'isolement social, joue également un rôle pertinent.


Facteurs de risque


Les facteurs de risque concernent des caractéristiques ou circonstances augmentant la susceptibilité à développer un trouble de l'humeur. S'ils ne sont pas causatifs directement, ces facteurs accroissent la vulnérabilité aux déclencheurs.

Les principaux facteurs de risque sont :


  • L'âge : susceptible d'apparaître à tout âge, les troubles de l'humeur se manifestent souvent durant l'adolescence ou au début de l'adulte. Les troubles dépressifs touchent davantage les personnes âgées, tandis que le trouble bipolaire est plus fréquent chez les jeunes adultes.

  • Le sexe : bien que touchant les deux sexes, il existe des différences. Les femmes sont davantage prédisposées aux troubles dépressifs, potentiellement en raison de fluctuations hormonales. À l'inverse, les hommes sont susceptibles d'être plus touchés par les troubles bipolaires, avec des épisodes maniaques plus intenses.

  • L'origine ethnique : affectant toutes les ethnies, les troubles de l'humeur présentent néanmoins des variations selon le groupe ethnique, influencées par des facteurs tels que le stress socio-environnemental ou les obstacles d'accès aux soins.

  • Les antécédents personnels ou familiaux : une histoire personnelle ou familiale de troubles de l'humeur accroît le risque de développement ou de récurrence de ces troubles.


La consommation de substances : l'abus d'alcool ou de drogues peut déclencher ou aggraver les troubles de l'humeur et interférer avec leur traitement. Le sevrage peut également perturber l'équilibre de l'humeur.

Diagnostic et traitement

Diagnostic et traitement

Photo de cottonbro studio

Diagnostic


Le diagnostic des troubles de l'humeur repose sur l'anamnèse, c'est-à-dire l'entretien clinique entre le patient et le médecin ou le professionnel de la santé mentale. Le but de l'anamnèse est d'évaluer les symptômes, la durée, la fréquence et l'impact des troubles de l'humeur sur la vie du patient. Le professionnel de la santé mentale peut également poser des questions sur les antécédents personnels et familiaux, les facteurs de stress, la consommation de substances, les traitements antérieurs et les pensées suicidaires du patient.


Il n'existe pas de test biologique spécifique pour diagnostiquer les troubles de l'humeur, mais le médecin peut demander des examens complémentaires pour écarter d'autres causes possibles des symptômes, comme des troubles hormonaux, des infections, des carences nutritionnelles ou des effets secondaires de médicaments. Le médecin peut également demander des tests psychologiques ou des examens spéciaux pour évaluer le fonctionnement cognitif, le niveau de dépression, le risque de suicide ou la présence de troubles associés, comme l'anxiété, le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou le trouble de la personnalité borderline.


Le diagnostic des troubles de l'humeur se base sur des critères diagnostiques établis par des manuels de référence, comme le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) ou la Classification internationale des maladies (CIM-11). Ces critères définissent les caractéristiques, la sévérité et la durée minimale des différents types de troubles de l'humeur, comme le trouble dépressif majeur, le trouble dépressif persistant, le trouble bipolaire de type 1, le trouble bipolaire de type 2 ou le trouble cyclothymique.


Options de traitement


Le traitement des troubles de l'humeur vise à soulager les symptômes, à prévenir les rechutes et à améliorer la qualité de vie des patients. Le traitement est généralement individualisé en fonction du type, de la sévérité et de la fréquence des troubles de l'humeur, ainsi que des besoins et des préférences du patient.

Le traitement peut comprendre les éléments suivants :


  • Médicaments : les médicaments sont souvent utilisés pour traiter les troubles de l'humeur, notamment les antidépresseurs, les stabilisateurs de l'humeur, les antipsychotiques et les anxiolytiques. Ces médicaments agissent sur les neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l'humeur. Ils peuvent aider à réduire la tristesse, l'angoisse, l'irritabilité, l'agitation ou l'euphorie. Ils peuvent également améliorer le sommeil, l'appétit, la concentration et l'énergie. Les médicaments doivent être pris selon les indications du médecin et les effets secondaires doivent être surveillés. Le choix, la dose et la durée du traitement médicamenteux dépendent de chaque cas.

  • Psychothérapie : la psychothérapie est un traitement qui consiste à parler avec un professionnel de la santé mentale, comme un psychologue ou un psychiatre. La psychothérapie peut aider le patient à comprendre les causes et les conséquences de son trouble de l'humeur, à modifier ses pensées et ses comportements dysfonctionnels, à renforcer son estime de soi, à gérer son stress, à résoudre ses problèmes, à améliorer ses relations et à augmenter son bien-être. Il existe différents types de psychothérapie, comme la thérapie cognitive-comportementale (TCC), la thérapie interpersonnelle (TIP), ou la thérapie familiale. La psychothérapie peut être individuelle, de groupe ou de couple. La fréquence et la durée des séances varient selon les besoins du patient.

  • Traitements biologiques : les traitements biologiques sont des traitements qui agissent directement sur le cerveau. Ils sont généralement réservés aux cas de troubles de l'humeur sévères ou résistants aux autres traitements. Les principaux traitements biologiques sont l'électroconvulsivothérapie (ECT) et la stimulation magnétique transcrânienne (SMT). L'ECT consiste à provoquer une crise convulsive dans le cerveau à l'aide d'un courant électrique. L'ECT peut être efficace pour traiter les épisodes dépressifs ou maniaques sévères, notamment en cas de risque de suicide. L'ECT nécessite une anesthésie générale et peut entraîner des effets secondaires, comme des troubles de la mémoire. La SMT consiste à stimuler certaines zones du cerveau à l'aide d'un champ magnétique. La SMT peut être utile pour traiter les épisodes dépressifs légers à modérés, notamment en cas d'intolérance ou de non-réponse aux antidépresseurs. La SMT ne nécessite pas d'anesthésie et a peu d'effets secondaires.

Prévention, gestion et complications possibles

Prévention, gestion et complications possibles

Photo de Pixabay

Prévention et gestion


La prévention et la gestion des troubles de l'humeur visent à réduire le risque de développer ces troubles, à diminuer la sévérité et la durée des épisodes, à améliorer le rétablissement et à préserver le bien-être des personnes atteintes. La prévention et la gestion impliquent plusieurs aspects, notamment :


  • L'information et la sensibilisation : il s'agit d'informer les personnes atteintes, leurs proches et le grand public sur les troubles de l'humeur, leurs causes, leurs symptômes, leurs traitements et leurs ressources disponibles. Il s'agit aussi de sensibiliser la population à la réalité des personnes atteintes, à la lutte contre la stigmatisation et à la promotion de la santé mentale.

  • Le dépistage et l'intervention précoce : il s'agit de repérer les personnes à risque ou présentant des signes précurseurs de troubles de l'humeur, et de leur offrir une évaluation et un traitement adaptés le plus tôt possible. Il s'agit aussi de prévenir les complications possibles, comme le suicide, l'abus de substances, l'isolement social ou les troubles associés.

  • Le suivi et l'accompagnement : il s'agit de soutenir les personnes atteintes dans leur parcours de soins, de les aider à respecter leur plan de traitement, à gérer leurs symptômes, à faire face aux difficultés et à développer leurs capacités d'adaptation. Il s'agit aussi de les accompagner dans leur projet de vie, de favoriser leur autonomie, leur intégration sociale et leur participation citoyenne.

  • L'auto-soin et le mode de vie sain : il s'agit d'encourager les personnes atteintes à prendre soin d'elles-mêmes, à adopter des habitudes de vie favorables à leur santé mentale et physique, comme une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, un sommeil de qualité, une gestion du stress, une limitation de la consommation d'alcool et de drogues, et une pratique d'activités plaisantes et valorisantes. Certains livres thérapeutiques, appelés self-help, peuvent-être d’une grande aide.

  • Le soutien social et familial : il s'agit de renforcer les liens entre les personnes atteintes et leur entourage, de leur offrir une écoute, une compréhension, une affection et une aide concrète. Il s'agit aussi de soutenir les proches des personnes atteintes, de les informer, de les conseiller, de les orienter vers des ressources et de leur permettre de partager leurs expériences et leurs émotions.


Complications possibles


Les troubles de l'humeur peuvent entraîner des conséquences négatives sur la santé mentale et physique, les relations sociales, le fonctionnement professionnel et la qualité de vie des personnes atteintes et de leur entourage. Les principales complications possibles sont :

  • Le suicide : les troubles de l'humeur sont l'un des principaux facteurs de risque de suicide. Les personnes atteintes peuvent avoir des pensées suicidaires, c'est-à-dire l'idée de mettre fin à leur vie (ou plutôt mettre fin à leur souffrance), ou des comportements suicidaires, c'est-à-dire des tentatives de suicide ou des gestes qui mettent leur vie en danger. Le suicide est une urgence médicale qui nécessite une intervention immédiate.

  • L'abus de substances : les troubles de l'humeur peuvent conduire à une consommation excessive d'alcool ou de drogues, soit pour soulager les symptômes, soit pour faire face aux difficultés. L'abus de substances peut aggraver les troubles de l'humeur, provoquer des effets secondaires, interférer avec les traitements, augmenter le risque de suicide, de violence ou d'accidents, et entraîner une dépendance.

  • L'isolement social : les troubles de l'humeur peuvent affecter les relations sociales des personnes atteintes, qui peuvent se sentir incomprises, rejetées, stigmatisées ou discriminées. Les personnes atteintes peuvent aussi se replier sur elles-mêmes, éviter le contact avec les autres, perdre leurs amis ou leur partenaire, ou se désengager de leurs activités sociales ou citoyennes. L'isolement social peut renforcer les troubles de l'humeur, diminuer l'estime de soi, réduire le soutien social et nuire au rétablissement.

  • Les difficultés professionnelles : les troubles de l'humeur peuvent perturber le fonctionnement professionnel des personnes atteintes, qui peuvent avoir du mal à se concentrer, à être productives, à respecter les délais, à s'entendre avec leurs collègues ou à gérer le stress. Les personnes atteintes peuvent aussi être absentes, arrêter de travailler, perdre leur emploi ou avoir des revenus réduits. Les difficultés professionnelles peuvent augmenter le stress financier, diminuer la satisfaction personnelle et compromettre l'insertion sociale.

  • Les troubles associés : les troubles de l'humeur peuvent s'accompagner d'autres troubles mentaux, comme l'anxiété, le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), le trouble de la personnalité borderline, ou les troubles du spectre de l'autisme. Les troubles de l'humeur peuvent aussi entraîner des problèmes de santé physique, comme des troubles cardiovasculaires, des troubles digestifs, des troubles endocriniens, des troubles du sommeil, des troubles sexuels, ou des douleurs chroniques.

Conclusion

Conclusion

Photo de Ron Lach

Les troubles de l'humeur sont des affections mentales remarquées par des variations anormales de l'état émotionnel. Ils peuvent se manifester sous forme dépressive ou bipolaire, influençant considérablement la qualité de vie, les interactions sociales, et le déroulement quotidien de ceux qui en sont affectés. Les origines de ces troubles sont complexes et impliquent une combinaison de facteurs génétiques, neurobiologiques et environnementaux.


Le diagnostic des troubles de l'humeur se fait par l'anamnèse, s'appuyant sur des critères diagnostiques précis définis dans des manuels de référence.


Quant aux traitements, ils peuvent inclure des médicaments, la psychothérapie, des traitements biologiques ou une combinaison de ces méthodes. Les stratégies de prévention et de gestion visent à minimiser les risques, réduire la sévérité ainsi que la durée des épisodes, favoriser le rétablissement et maintenir le bien-être des personnes concernées.


Parmi les complications potentielles, on trouve le suicide, l'abus de substances, l'isolement social, les problématiques professionnelles et les troubles associés.


Si vous pensez être touché par un trouble de l'humeur, ou si vous connaissez quelqu'un dans cette situation, il est conseillé de consulter un psychologue en ligne ou un autre professionnel de la santé mentale. Celui-ci pourra évaluer votre cas, proposer un traitement adéquat et vous guider vers les ressources nécessaires. Vous n'êtes pas seul, et des solutions existent pour vous aider à retrouver l'équilibre et améliorer votre quotidien.

bottom of page