top of page

Comprendre et gérer l'agressivité

Dylan Patiram

Auteur :

Psychologue Clinicien

Spécialisation TCC

Badge profil vérifié

Dylan Patiram

Publication : 16 mai 2024

15 min

Comprendre et gérer l'agressivité

Le concept d'agressivité fait référence à un ensemble de comportements ou d'attitudes ayant pour but d'attaquer, de blesser ou d'exercer une domination sur autrui. Ces manifestations d'agressivité peuvent prendre plusieurs formes : elles peuvent être physiques ou verbales, allant des coups aux mots tranchants, en passant par des gestes ou des regards remplis de menace, sans oublier les provocations et les insultes. L'agressivité peut cibler une personne, un groupe, un objet, ou même se retourner contre soi-même.


Il est fréquent que l'agressivité soit amalgamée à la colère, cette dernière étant pourtant une réaction émotionnelle naturelle et saine face à des situations jugées injustes, frustrantes ou dangereuses.

La colère, contrairement à l'agressivité, peut être exprimée de façon constructive, à travers la recherche de solutions ou la défense de ses droits. La colère peut aussi hélas se manifester de façon destructrice, par le recours à l'agressivité.


Ce qui différencie la colère de l'agressivité, c'est l'intention et le résultat recherché : si la colère cherche à rééquilibrer une situation ou à faire triompher la justice, l'agressivité a pour objectif de blesser ou de dominer.

Les multiples facettes de l'agressivité

Les multiples facettes de l'agressivité

Photo de Wynand van Poortvliet sur Unsplash

Origines biologiques et psychologiques

L'agressivité, loin d'être une réaction simple et uniforme, se manifeste à travers un spectre étendu de formes, d'intensités et de motivations. Chaque individu, chaque circonstance apporte sa propre nuance à ce comportement complexe.


La question se pose : l'agressivité est-elle ancrée dans notre biologie ? Des recherches soulignent l'implication de certains gènes, hormones ou neurotransmetteurs dans la modulation de nos comportements agressifs. Le système limbique, zone cérébrale associée aux émotions, aux pulsions et à la mémoire, joue également un rôle clé.


Ces facteurs biologiques peuvent pencher la balance vers une propension accrue à l'agressivité, sans pour autant en être les seuls architectes. Ils se combinent à une multitude de facteurs psychologiques tels que la personnalité, les émotions ressenties, les processus cognitifs, les expériences d'apprentissage et les motivations sous-jacentes.


Et les racines psychologiques de l'agressivité ? Diverses théories offrent des cadres explicatifs. Par exemple, la théorie de la frustration-agression suggère que l'agressivité émerge comme réponse à une frustration, soit l'entrave à la satisfaction d'un besoin ou d'un désir. La théorie de l'apprentissage social met en avant l'imitation et le renforcement des comportements agressifs observés. Tandis que la théorie de l'attribution hostile explore la tendance à percevoir les actions d'autrui comme malveillantes.


Ces théories en révèlent long sur les dynamiques psychologiques pouvant enclencher ou moduler les manifestations agressives.

Différences individuelles et contextuelles

L'expression de l'agressivité est-elle uniforme à travers les individus et les situations ? La réponse est clairement non.


Les nuances dans l'expression et l'expérience de l'agressivité d'un individu à l'autre sont palpables. Certains affichent plus d'impulsivité, d'irritabilité ou d'hostilité. D'autres rencontrent davantage de difficultés à gérer les émotions, à désamorcer les conflits ou à se conformer aux attentes sociales. Des attitudes, croyances ou valeurs promouvant l'agressivité peuvent également être intériorisées, issues d'un mélange complexe de facteurs génétiques, biologiques, psychologiques, familiaux, éducatifs ou culturels.


Par ailleurs, le contexte pèse lourd dans la balance de l'agressivité. Le climat social, le niveau de stress, la disponibilité des armes, les substances psychoactives, la confrontation, la compétition, les menaces, l'appartenance sociale, les perceptions d'injustice ou d'exclusion sont autant d'éléments qui peuvent stimuler, amplifier ou réprimer les comportements agressifs.


Ces facteurs contextuels sont aussi capables de modeler la perception et l'évaluation de l'agressivité, qui peut être considérée comme plus ou moins acceptable, légitime ou efficace selon le cadre.

Vous avez le droit d'être en difficulté.

Faites-vous aider.

Consultez une de nos psychologues.

Masculinité et agressivité

Masculinité et agressivité

Photo de Ivan Stern sur Unsplash

Une vision stéréotypée

Le lien entre masculinité et agressivité est une association qui semble aller de soi, ancrée dans l’idée préconçue que les hommes incarnent naturellement une disposition plus agressive que les femmes.


Cette représentation est le fruit des stéréotypes de genre, attribuant aux hommes la force, le courage, la compétitivité, l’autorité, la domination, tandis que les femmes seraient associées à la douceur, la sensibilité, la coopérativité, la soumission, la maternité. Une socialisation genrée renforce ces idées dès le plus jeune âge : les garçons apprennent à endurcir leur caractère, à occulter leurs larmes ou leur peur, à masquer leur vulnérabilité émotionnelle, alors que les filles sont encouragées à prioriser la gentillesse, à éviter les conflits, à veiller aux besoins d’autrui.


Ces visions stéréotypées sont également propagées et magnifiées par les vecteurs culturels – médias, arts, religion, politiques, éducation, sphère professionnelle – qui tendent à valoriser les attributs perçus comme masculins au détriment des traits considérés comme féminins.

Néanmoins, la masculinité n’est pas innée ni uniforme ; elle est une construction sociale et culturelle, mouvante et diversifiée selon les époques, les territoires, les appartenances sociales ou culturelles. La masculinité se décline en effets en nombreuses variantes, avec des degrés divers de prévalence, d’hégémonie ou d’alternative.


La masculinité est par ailleurs un concept dynamique et évolutif, qui se forge et se réinvente au fil des interactions, des expériences, en résonance ou en friction avec les normes sociales et les contextes vécus. Elle s'inscrit dans un système de genre complexe, qui structure les dynamiques de pouvoir, non seulement entre hommes et femmes mais aussi au sein du genre masculin.

En conséquence, l’agressivité ne saurait être envisagée comme émanation directe ou systématique de la masculinité. Celle-ci peut certes se manifester comme un moyen d’affirmer sa virilité, de répondre aux pressions sociales, de gérer des conflits, d’accéder à des ressources, ou encore de se défendre. Elle peut aussi être le reflet de détresses psychologiques – frustration, insécurité, vulnérabilité, peur, honte – face aux tumultes sociétaux, aux déséquilibres de pouvoir, aux discriminations ou aux violences.

Une réaction au changement de société

L’agressivité peut également être interprétée comme une riposte à l’ébranlement des fondements de la domination masculine, stimulée par les courants féministes, les revendications des minorités et la révision des rôles de genre traditionnels.


Il est dès lors crucial de questionner et de démanteler les liens présumés entre masculinité et agressivité, en faveur de figures de masculinité plus constructives, équilibrées, égalitaires et apaisées, fondées non sur la force ou la compétition, mais sur l’entraide, l’écoute, l’empathie, la solidarité. Impliquer activement les hommes dans ce processus de transformation est essentiel, en les sensibilisant, en les éduquant, en les accompagnant dans une réflexion approfondie sur eux-mêmes, le genre, l’agressivité.


Il est aussi impératif de combattre les structures sociétales génératrices d'agressivité comme le patriarcat, le capitalisme, le racisme, le militarisme, en vue d'ériger une société plus juste, plus démocratique et résolument plus pacifique.

Identifier les signes de l'agressivité

Identifier les signes de l'agressivité

Photo de Uriel Soberanes sur Unsplash

Comportements agressifs : de la colère aux actes

Une personne emportée par une vague d’agressivité s’engage souvent dans une voie d'attaque visant l’intégrité physique ou mentale d’autres. L'agressivité se déploie à travers un spectre comportemental large, flirtant avec la colère et escaladant parfois jusqu'à des gestes de violence concrète.

Reconnaître les signaux indiquant une montée d'agressivité est vital, tout comme identifier ces moments à haut risque capables de la provoquer ou de l’intensifier.


Les comportements agressifs, ces témoins visibles et tangibles de l’agressivité, se divisent en deux grands types : active et passive.


  • L'agressivité active se manifeste par des violences physiques ou verbales, y compris mais sans s’y limiter, à frapper, bousculer, crier, jurer, insulter, etc.


  • D’un autre côté, l'agressivité passive se traduit par un retrait, un refus, un sabotage, du mépris ou du sarcasme. Ces facettes de l'agressivité peuvent sérieusement nuire à la santé physique et psychique de l'individu agressif et de ses victimes potentielles.


Ces comportements peuvent également être source de complications dans divers domaines de la vie : relations sociales, milieu professionnel, ou encore devant la justice.

Signaux précurseurs et situations à risques

Les signaux précurseurs sont de délicats indicateurs comportementaux pouvant signaler un emballement vers l’agressivité. Ces indices, bien que souvent subtils, sont d’une valeur inestimable pour déchiffrer l’état émotionnel d’une personne.


Changement dans le ton de la voix, crispation du visage, agitation, rythme respiratoire accéléré, transpiration excessive... Ces manifestations peuvent alerter sur une proche escalade agressive. Les professionnels, notamment dans le secteur de la santé, doivent être capables d'identifier ces signaux pour intervenir avant que la situation ne dégénère.


Les situations à risques sont des contextes propices à l’éclosion ou à l’aggravation de l'agressivité. Elles peuvent être liées à l’environnement, aux circonstances, à la personnalité de l’individu, ou à son état de santé.


Ainsi, un milieu bruyant, surpeuplé, insuffisamment éclairé ou aéré pourrait engendrer stress et frustration. Des situations conflictuelles, compétitives, provocantes, menaçantes, injustes ou d’exclusion peuvent exciter colère et peur. Une personnalité sujette à l’impulsivité, à l'irritabilité, à l'hostilité ou à la paranoïa peut nourrir défiance et suspicion. Enfin, un état de santé précaire, douloureux ou anxiogène peut être source de souffrance. Il est crucial de détecter et, autant que faire se peut, d'éviter ces situations à risques, ou de les gérer avec prudence et finesse.

Nos psys ont aidé des centaines de bonhommes 🦍. C'est votre tour ?

Stratégies de gestion de l'agressivité

Stratégies de gestion de l'agressivité

Photo de Marco Jimenez sur Unsplash

Techniques de désescalade émotionnelle

Comme un écho incontestable dans nos vies perturbées, l'agressivité se pose comme une ombre menaçante sur la qualité de nos interactions, notre santé émotionnelle et nos liens avec autrui. Heureusement, une lueur d'espoir réside dans les stratégies éprouvées de gestion de l'agressivité, conçues pour tamiser la fréquence, l'intensité, et la durée des explosions agressives, tout en pavant la voie vers des réactions plus mesurées et constructives.


Divisées en deux catégories lumineuses, ces stratégies se composent de techniques de désescalade émotionnelle, véritables boucliers contre l'escalade de la violence, ainsi que de méthodes de modification du comportement et des thérapies cognitivo-comportementales, notre boussole pour réorienter pensées, émotions et actions vers une destination moins tumultueuse.


Au cœur d'une tempête d'agressivité, les techniques de désescalade émotionnelle se déploient tels des phares de tranquillité, favorisant l'apaisement et le dialogue. Elles s'enracinent dans le respect, l'empathie, une écoute attentive et une négociation bienveillante.


Ces outils peuvent être brandis par la personne prise dans le tourbillon de l'agressivité elle-même, ou par un tiers médiateur, bravant les flots pour désamorcer le conflit. Voici quelques phares à allumer :

  • 🌿 Restez ancré dans le calme. Inspirez profondément et gardez votre centre d’équilibre, malgré l'orage. Votre calme peut servir de miroir, influençant la tempête intérieure de l'autre sans un mot.

  • 🌿 Incarnez la sérénité. Abaissez votre voix, optez pour des gestes apaisants, relâchez les épaules, penchez-vous légèrement en avant, offrez de l'espace, adoucissez votre expression et, si le contexte le permet, esquissez un sourire. Vos yeux peuvent transmettre un message de paix plus éloquent que toutes les paroles.

  • 🌿 Écoutez avec une attention infaillible. Captez chaque mot, chaque répétition, chaque introduction. Les mots portent leur poids d’émotion et de signification; votre écoute peut entamer le chemin de la validation.

  • 🌿 Validez, sans endosser. Des mots comme « Je perçois votre colère, mais explorons d'autres avenues. Imaginez les conséquences de vos actes » peuvent ouvrir des portes autrement verrouillées.

  • 🌿 Soyez respectueux, dans votre langage comme dans vos gestes. Tout signe d'irrespect ne ferait qu'intensifier l'orage. Soyez aussi attentif aux signaux non verbaux, car les intentions cachées peuvent déclencher des tempêtes bien plus redoutables.

Modification du comportement et thérapies cognitivo-comportementales

Les thérapies de modification du comportement et cognitivo-comportementales sont des phares illuminant le chemin vers un changement profond des comportements, pensées et émotions associés à l'agressivité. Elles repèrent les racines et les fruits de l'agressivité et offrent des clés pour cultiver des réponses plus adaptées et épanouissantes.


Ce voyage transformateur peut être entrepris sous l'égide d'un professionnel de la santé mentale, ou en solitaire grâce à des ressources guidées. Voici quelques lanternes à suivre :

  • 🌿 La relaxation. Tel un baume, elle apaise stress et colère, invitant à un état de relâchement corporel et mental. Ses formes varient : respiration profonde, relaxation musculaire progressive, méditation, yoga... Elle sert de garde-fou préventif ou de refuge dans la tempête.

  • 🌿 La restructuration cognitive. Elle retisse le tissu de nos pensées, remplaçant les mailles distordues par des fils de réalité, de rationalité et de positivité. Elle implique de confronter et de remodeler nos dialogues internes, nos pensées automatiques, par l'aiguille de la vérité.

  • 🌿 La résolution de problèmes. Véritable cartographie de la paix, elle aide à naviguer à travers les récifs des conflits, à la recherche de terres d'entente et de satisfaction. Ce processus intègre l'identification du problème, la génération de solutions, l'évaluation des options, l'adoption et le suivi d'un cours d'action.

  • 🌿 L'affirmation de soi. Ni voile d'agression, ni drapeau de passivité, elle permet de hisser haut ses couleurs personnelles avec clarté, directitude et respect. Elle se traduit par un langage assertif, par l'emploi du « je », évitant les pièges de la généralisation, et par l'accueil serein des retours, positifs ou négatifs.

Prévenir l'escalade de l'agressivité

Prévenir l'escalade de l'agressivité

Photo de Brad Barmore sur Unsplash

Importance de l'environnement sécurisant et du soutien social

L'escalade de l'agressivité vers des terrains plus sombres de violence pose de sérieux risques à l'individu concerné, aux victimes, et à la communauté toute entière. D'où la nécessité capitale de mettre en place des stratégies de prévention efficaces pour circonscrire cette tendance. Cela passe notamment par la création d'un environnement rassurant et par le renforcement du soutien social offert aux personnes vulnérables. L'adoption de méthodes de prévention et d'intervention précoce s’avère également fondamentale pour identifier et gérer précocement les manifestations de l'agressivité.


Instaurer un cadre sécurisant apparait comme un levier crucial dans la prévention de l'agressivité. Un tel cadre s'articule autour du respect des besoins et des droits de chacun, la réduction des facteurs de stress, la promotion de la communication ouverte et de la collaboration, l'accès à des ressources adéquates, et un engagement envers les valeurs de diversité et d'inclusion. La construction d'un environnement bienveillant peut s'opérer dans divers milieux : au sein de la famille, à l'école, sur le lieu de travail, ou encore dans le cadre communautaire.


La contribution active et la responsabilisation de tous les acteurs impliqués sont indispensables.

Le rôle du soutien social dans la démarche de prévention est également fondamental. Celui-ci se définit par la sensation d'être soutenu, reconnu et compris par son entourage, contribuant ainsi au bien-être tant psychique que physique de l'individu.


Les sources de ce soutien sont variées : la famille, les amis, les collègues de travail, les professionnels de santé, les associations, etc. Il peut prendre plusieurs formes, allant de l'écoute bienveillante au conseil avisé, en passant par l'assistance concrète.


Le soutien social joue un rôle prépondérant dans la réduction de l'isolement, le renforcement de l'estime de soi, la gestion des émotions, la résolution de problèmes et l'adaptation aux situations difficiles.

Méthodes de prévention et d'intervention précoce

Avoir recours à des méthodes de prévention et d'intervention précoce est essentiel pour prévenir l'escalade de l'agressivité chez les individus de tous âges, des enfants aux adultes, avant que celle-ci ne s'ancre dans la durée ou n'atteigne un seuil de violence.

Ces méthodes peuvent être adaptées en fonction du niveau de risque et des manifestations d'agressivité de la personne concernée.


Elles peuvent être appliquées dans une diversité de milieux : familial, scolaire, médical, et social. Ces méthodes s'appuient sur une approche multi-modale qui peut inclure des interventions individuelles, collectives ou familiales, en s'appuyant sur un éventail de techniques telles que l'éducation, la formation, le conseil, la thérapie, ou encore la médication.


Les objectifs visés par ces méthodes incluent la sensibilisation, le dépistage, le diagnostic, le traitement et le suivi des personnes manifestant des signes d’agressivité ou exposées à des facteurs de risque. Elles permettent de limiter les conséquences négatives de l'agressivité, d'améliorer le bien-être et la santé des individus, tout en réduisant les coûts sociaux et économiques liés à la violence.

Quand et comment chercher de l'aide

Quand et comment chercher de l'aide

Photo de Nejc Soklič sur Unsplash

Identifier le besoin d'une intervention professionnelle

L'agressivité peut devenir un problème sérieux si elle n'est pas gérée correctement. Elle peut nuire à la santé physique et mentale de la personne agressive, ainsi qu'à celle de son entourage.

Elle peut aussi entraîner des conséquences sociales, professionnelles ou judiciaires. Il est donc important de savoir quand et comment chercher de l'aide, en identifiant le besoin d'une intervention professionnelle, et en connaissant les ressources disponibles et l'accompagnement possible.


Il n'est pas toujours facile de reconnaître que l'on a besoin d'aide pour gérer son agressivité. Certaines personnes peuvent minimiser ou nier leur problème, d'autres peuvent avoir honte ou peur de demander de l'aide, d'autres encore peuvent penser qu'elles peuvent s'en sortir seules. Pourtant, il existe des signes qui doivent alerter et inciter à consulter un professionnel de la santé mentale, comme un psychologue, un psychiatre, un psychothérapeute, etc.


Voici quelques exemples de signes qui doivent vous pousser à chercher de l'aide :

  • Vous vous sentez souvent en colère, frustré, irrité, anxieux, déprimé, etc.

  • Vous avez du mal à contrôler vos impulsions, vos émotions ou vos pensées.

  • Vous vous comportez de manière agressive de façon fréquente, intense ou prolongée.

  • Vous blessez ou menacez de blesser physiquement ou verbalement les autres ou vous-même.

  • Vous endommagez ou détruisez des objets ou des biens.

  • Vous avez des problèmes relationnels, familiaux, sociaux, professionnels ou scolaires à cause de votre agressivité.

  • Vous avez des ennuis avec la justice ou les autorités à cause de votre agressivité.

  • Vous souffrez de conséquences négatives sur votre santé physique ou mentale à cause de votre agressivité.

  • Vous avez des antécédents personnels ou familiaux de troubles psychologiques, de violence, de traumatismes, etc.

  • Vous consommez de l'alcool, des drogues ou des médicaments pour calmer votre agressivité.

Ressources disponibles et accompagnement

Si vous avez identifié le besoin d'une intervention professionnelle, vous pouvez vous renseigner sur les ressources disponibles et l'accompagnement possible. Il existe différents types de ressources et d'accompagnement, selon vos besoins, vos préférences et vos moyens. Voici quelques exemples de ressources et d'accompagnement que vous pouvez solliciter :

  • Un médecin généraliste. Il peut vous orienter vers un spécialiste, vous prescrire des médicaments si nécessaire, ou vous proposer un suivi médical.

  • Un psychologue. Il peut vous proposer une évaluation, un diagnostic, un traitement ou un suivi psychologique, basé sur des techniques comme la relaxation, la restructuration cognitive, la résolution de problèmes, l'affirmation de soi, etc.

  • Un psychiatre. Il peut vous proposer une évaluation, un diagnostic, un traitement ou un suivi psychiatrique, basé sur des médicaments, des thérapies ou des hospitalisations si nécessaire.

  • Un psychothérapeute. Il peut vous proposer une évaluation, un diagnostic, un traitement ou un suivi psychothérapeutique, basé sur des approches comme la psychanalyse, la thérapie comportementale et cognitive, la thérapie familiale, la thérapie de groupe, etc.

  • Une association. Il existe des associations qui peuvent vous offrir du soutien, de l'information, de la prévention, de la sensibilisation ou de l'entraide sur le thème de l'agressivité. Vous pouvez les contacter par téléphone, par internet ou en personne.


Quelle que soit la ressource ou l'accompagnement que vous choisissez, il est important de vous sentir en confiance, de respecter votre rythme, et de vous impliquer dans le processus. N'oubliez pas que vous n'êtes pas seul, et que vous pouvez toujours demander de l'aide.

Conclusion

Conclusion

Photo de Anastase Maragos sur Unsplash

Dans cet article, nous avons exploré le sujet complexe de l'agressivité, une manifestation comportementale pouvant avoir des répercussions néfastes sur les sphères personnelle, professionnelle, et sociale de l'existence. Nous avons entrepris de décrypter, saisir et aborder l'agressivité en scrutant ses divers aspects, ses causes profondes, ses symptômes, ses méthodes de prévention et de gestion, ainsi que les ressources disponibles pour y faire face.


Nous avons également souligné le rapport entre la masculinité et l'agressivité, et l'importance d'encourager des représentations de la masculinité empreintes de positivité et de non-violence.


Nous espérons que cet article vous a été bénéfique et captivant, et qu'il vous a doté d'une meilleure compréhension du concept d'agressivité. Si vous êtes affecté par des problèmes d'agressivité, ou si vous côtoyez une personne sujette à ce type de comportement, nous vous incitons fortement à solliciter l'appui d'un spécialiste en santé mentale. Celui-ci saura vous orienter et vous offrir un accompagnement adapté.


L'agressivité n'est pas une fatalité; avec le bon soutien, de la détermination et de la volonté, il est possible de surmonter cette épreuve.

bottom of page