top of page

Le TDAH au masculin

TDAH au masculin

Auteur : Jean-Luc Mogenet

Auteur validé / Let's Tolk
Jean-Luc Mogenet

- Psychologue clinicien - Psychothérapeute

- 20+ ans d'expérience

- Ancien chef de service

- Préparateur mental sportifs de haut niveau

- Expert en gestion du stress

Publication : 08/01/2024

10 min

📕 Définition : TDAH

Le Trouble du Déficit de l'Attention avec Hyperactivité (TDAH) est un trouble neurodéveloppemental qui se manifeste souvent dès l'enfance.

Trouble fréquemment diagnostiqué, il est 3 fois plus fréquent chez les hommes que les femmesIl est caractérisé par des difficultés à maintenir l'attention, à contrôler les impulsions et à réguler l'activité motrice. Les personnes atteintes de TDAH peuvent présenter une hyperactivité, une impulsivité et des problèmes de concentration. Le diagnostic du TDAH repose sur une évaluation clinique approfondie et un suivi régulier pour mettre en place des interventions adaptées, qui peuvent inclure la thérapie comportementale, la médication et le soutien éducatif.

Il “perturbe le développement du fonctionnement personnel, social, scolaire et/ou professionnel. Il implique généralement des difficultés d'acquisition, de conservation ou d'application de compétences ou d'ensembles d'informations spécifiques” (in MSDManuals).

Origines

Origines du TDAH

Photo de Semyon Borisov sur Unsplash

Les origines du trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité sont multifactorielles, impliquant à la fois des :

  • Facteurs génétiques : si un membre de la famille, en particulier un parent proche, a le TDAH, il est plus probable que d'autres membres de la famille soient aussi affectés. Cependant, le TDAH ne suit pas strictement une transmission génétique et d'autres facteurs interviennent également;

  • Facteurs neurobiologiques : les recherches neurobiologiques suggèrent que le TDAH est associé à des anomalies dans le fonctionnement de certains neurotransmetteurs, en particulier la dopamine et la noradrénaline, qui jouent un rôle important dans la régulation de l'attention, de l'impulsivité et de l'activité motrice;

  • Facteurs environnementaux : peuvent également contribuer à l’apparition du TDAH comme l'exposition à des substances toxiques pendant la grossesse, des complications à la naissance, des traumatismes cérébraux précoces;

  • Facteurs psychosociaux : contextes familiaux insécurisants ou maltraitants, expériences de vie stressantes ou traumatisantes vont aussi influencer la manifestation du TDAH.

Les 3 types de TDAH

Les 3 types de TDAH

Photo de Marcel Eberle sur Unsplash

Selon le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition (DSM-5), il en existe 3 types:

  • À prédominance d'inattention

  • À prédominance d'hyperactivité/impulsivité

  • Mixte

 

Dans l'ensemble, le déficit de l'attention/hyperactivité (mixte) est environ 2 fois plus fréquent chez les garçons; le type à prédominance d'hyperactivité/impulsivité est 2 à 9 fois plus fréquent chez le garçon; le type à prédominance de trouble de l'attention a approximativement la même fréquence dans les deux sexes.

Les symptômes se ressemblent chez les adultes et les enfants, bien que certains éléments diffèrent ou changent avec l’âge. Par exemple, l’inattention est le symptôme le plus persistant chez les adultes.

Les symptômes

Les symptômes du TDAH

Photo de mari lezhava sur Unsplash

  • Inattention : difficulté à se concentrer, à terminer des tâches (altérations de la fonction exécutive), à suivre des instructions, à organiser des activités;

 

  • Impulsivité et impatiences (mentale ou physique) : prise de décisions hâtives, difficulté à attendre son tour, réactions impulsives sans réflexion préalable;

  • Hyperactivité : bien que moins fréquente chez les adultes, elle peut se manifester par une agitation, une incapacité à rester assis ou à rester calme;

  • Humeur changeante : que l’on appelle couramment “sautes d’humeur” sans parfois de raisons apparentes ou de déclencheurs significatifs.

  • Problèmes relationnels : éprouver des difficultés à maintenir des relations personnelles et professionnelles (risques accrus de perte d’emploi) en raison de l’ensemble des  symptômes parasitant le quotidien.

Les traits communs du TDAH sont :

  • Ne pas persévérer dans des tâches longues (ou ne pas les commencer);

  • Se laisser distraire par d’autres tâches ou pensées;

  • Rechercher le risque ou les activités procurant une récompense immédiate;

  • Se sentir agité ou s’agiter;

  • Interrompre les autres involontairement.

Il est important de retenir que la gravité et la manifestation des symptômes varient d'une personne à l'autre et sont très souvent majorées par des éléments perturbateurs (chocs émotionnels, contrariétés et stress).

Gérer le TDAH grâce à la TCC

Gérer le TDAH grâce à la TCC

Photo de Thomas Ashlock sur Unsplash

La prise en charge psychologique reste essentielle pour aider la personne, qui souffre des symptômes liés au TDAH,  à développer des compétences d'adaptation, à gérer ses symptômes (notamment les comportements impulsifs), renforcer son estime de soi, à améliorer sa qualité de vie et son organisation au quotidien.

 

1. Évaluation initiale

Le processus débute par une évaluation approfondie menée par un professionnel de la santé mentale, tel qu'un psychologue ou un psychiatre. L'objectif est de recueillir des informations sur les symptômes présentés, les antécédents médicaux, les facteurs de stress et les impacts sur le fonctionnement quotidien;

 

2. Éducation sur le TDAH

Le professionnel de la santé mentale fournit des informations théoriques et pratiques sur le TDAH, ses caractéristiques, et ses répercussions sur le comportement et la manière de vivre avec ces symptômes au quotidien. Cela aide le patient à comprendre son trouble et à développer des stratégies pour y faire face;

3. Fixation des objectifs

En collaboration avec le patient, le thérapeute établit des axes d’interventions spécifiques et réalisables. Ces objectifs peuvent concerner la gestion de l'attention, la régulation des émotions, l'organisation des tâches, etc;

 

4. Développement de compétences cognitives

Les actions à conduire vont se concentrer souvent sur le renforcement des compétences cognitives (et ainsi modifier les anciens schémas de fonctionnement), telles que la planification, l'organisation, la mémoire de travail et la flexibilité cognitive;

 

5. Stratégies comportementales

Co-construire des moyens à mettre en œuvre réalistes et réalisables à court terme pour aider la personne à gérer ses comportements impulsifs et hyperactifs. Cela peut inclure des techniques de gestion du temps mais aussi des techniques de feedback que je nommerai “comment prendre conscience de ses mini-victoires au quotidien” et des conséquences positives que cela apporte dans et sur notre vie (renforcement de la confiance en soi et stimulation impactante positivement à poursuivre dans cette voie);

6. Gestion du stress

Étant donné que le TDAH est souvent associé à des niveaux élevés de stress, la TCC peut inclure des techniques de gestion du stress, telles que la relaxation, la méditation et la pleine conscience;

 

7. Soutien familial

Impliquer la famille dans le processus thérapeutique peut être crucial, surtout chez les enfants mais aussi chez les adultes (notamment si en vie de couple et/ou parentalité). Les membres de la famille vont eux aussi pouvoir apprendre des stratégies pour soutenir celui qui en souffre et faciliter un environnement compréhensif, contenant et sécurisant;

 

8. Suivi et ajustement

La TCC pour le TDAH est souvent un processus itératif. Les progrès sont suivis au fil du temps et les interventions sont ajustées en fonction des besoins changeants et évolutions mais aussi des événements déstabilisants vécus (pouvant majorer de nouveau les symptômes).

 

Il est important de retenir que la prise en charge du TDAH est souvent multidisciplinaire La combinaison d’un accompagnement psychologique et thérapeutique, avec un suivi médical et la prescription de traitements par un médecin sera la stratégie la plus efficace. Un plan de traitement individualisé, élaboré en collaboration avec ces professionnels de la santé mentale, est généralement recommandé.

Le TDAH au travail

Le TDAH au travail

Photo de Miguelangel Miquelena sur Unsplash

Le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité a des implications significatives sur :

 

1. La gestion du temps

Les personnes atteintes de TDAH ont des difficultés à gérer et planifier leur temps de travail et à rester concentrées sur les tâches en cours. L’utilisation d’outils comme : établir la  liste des tâches prioritaires à effectuer journalièrement, de calendriers notant les rdvs quotidiens incontournables pour à la fois s’y préparer mentalement mais aussi arriver à l’heure et des rappels visuels (post-it) ou sonores (bip du portable) seront très bénéfiques pour diminuer l’éparpillement, les oublis, le stress et favoriser des rituels rassurants;

2. L’environnement de travail

Créer un cadre structuré et organisé aidera à minimiser les distractions. Des espaces de travail calmes favoriseront également  la concentration en luttant contre les distracteurs visuels et sonores et évitant de perturber la logique de penser;

3. La communication avec ses collègues

Informer les collègues de travail de son TDAH va incontestablement faciliter la compréhension et le soutien mais aussi éliminer toutes formes de réactivités inappropriées ou impulsivité de soi- même envers les autres. Cela établira des attentes claires en matière d’échanges et de collaboration, posera une ambiance plus sereine minimisant les troubles et dédramatisera en les relativisant l’apparition de certains symptômes;

 

4. La gestion du stress

S’autoriser à faire des “temps morts” pour se déconnecter quelques minutes permettra de gérer son hyperactivité par exemple en sortant s'oxygéner et faire bouger son corps pour faire baisser consciemment la pression montante mais aussi ensuite aidera à mieux relancer ses capacités d'attention et de concentration. Planifier ces pauses régulières améliorera son efficacité ainsi que son bien être mental;

5. Le temps au travail

Les personnes reconnues médicalement TDAH (liens entre médecin traitant et médecine du travail) bénéficieront d'aménagements tels que des horaires flexibles ou la possibilité de travailler à distance;

6. Le développement professionnel

Participer à des programmes de formations axés sur l’apprentissage puis la mise en application de compétences spécifiques, comme la gestion du temps et la résolution de problèmes, sera très porteur de sens pour développer des stratégies adaptatives opérationnelles aux divers contextes professionnels.

Il est important de souligner que les échanges d’informations avec les employeurs en lien avec la médecine du travail, l'accès à des ressources de soutien et la recherche de solutions pratiques sont des éléments clés pour réussir professionnellement tout en gérant le TDAH.

TDAH et vie de famille

TDAH et vie de famille

Photo de Boxed Water Is Better sur Unsplash

Il engendre malheureusement des répercussions négatives sur la vie familiale, tant pour la personne atteinte que pour les proches.

1. Échanges communicationnels structurants et sécurisants

Une communication ouverte au sein de la famille est essentielle pour tous les membres y compris celui qui en souffre. Elle sera source de discussions franches sur les difficultés rencontrées et les défis à surmonter mais aussi sur les stratégies communes à mettre en place;

2. Compréhension des symptômes

Il est important que tous soient sensibilisés à l’ensemble des problématiques liées à l'inattention, l'impulsivité et l'hyperactivité. Plus les proches comprennent le trouble, plus ils contribueront à créer un environnement de soutien mutuel et d’empathie;

3. Gestion des émotions

Les personnes atteintes de TDAH doivent très souvent faire face à des émotions intenses et il en est de même pour les membres de la famille par effets collatéraux. Il est donc important d’apprendre à les réguler par l’apprentissage de techniques de relaxation et respiration pour les mettre en pratique au bon moment diminuant les risques de “crise”;

4. Mise en place de routines

Effets très porteurs car elles permettent d’ établir des habitudes ou rituels familiaux qui vont minimiser les perturbations émotionnelles et à créer ainsi un environnement plus prévisible, contenant et stable;

5. Participation à une thérapie familiale

Elle est aussi un moyen efficace pour aider celui qui souffre de TDAH comme ses proches . Elle va fournir un espace sûr pour discuter des problèmes vécus et développer des stratégies communes d'adaptation.

6. Aménagements à la maison

Tels que la création d'espaces calmes ou lieux ressources bien définis, l'organisation d'activités structurées et l'utilisation de rappels visuels faciliteront la vie quotidienne de tous;

7. Soutien psychologique pour les proches

Un suivi avec un psychologue permettra aux membres de la famille (conjoint(e)s ou enfants mais aussi parents), cette fois sans la présence de celui qui en souffre comme dans la thérapie familiale, de pouvoir exprimer plus librement (sans le regard ou l’impression de jugement des autres) ses ressentis, ses difficultés et comme une escale temporaire se ressourcer et se régénérer pour ainsi affronter avec plus de patience, moins de réactivités, plus de prise de distances émotionnelles avec ce contexte familial si particulier à vivre.

Diagnostiquer le TDAH

Diagnostiquer le TDAH

Photo de Anne Nygård sur Unsplash

Obtenir un diagnostic de TDAH pour un adulte peut être difficile. Seul un spécialiste (neurologue ou psychologue spécialisé) peut le faire.

Établir un diagnostic de TDAH est un processus qui prend plusieurs heures. L’évaluation se fait donc sur une journée complète ou est morcelée en plusieurs rendez-vous.

1. Anamnèse (entretien pour connaître vos antécédents)

Le professionnel vous pose des questions sur votre histoire de vie. Autant sur ce qui a trait à l’enfance qu’à l’adolescence ainsi qu'au contexte actuel : votre hygiène de vie, votre qualité de sommeil, vos antécédents familiaux, etc.

Certains neuropsychologues peuvent également vous remettre des questionnaires à compléter à la maison afin d’obtenir les observations d’une personne extérieure. Il est possible de demander l’aide d’un proche : conjoint ou conjointe pour la période actuelle ou parent pour la période de l’enfance. Les parents jouent un rôle important dans l’évaluation puisque vous n’avez pas toujours le souvenir — ou du moins un souvenir juste — des symptômes vécus pendant votre jeune enfance.

2. Entretien axé sur les symptômes du TDAH

Le spécialiste évalue la symptomatologie que vous présentez et donc vous souffrez. Pourquoi pensez-vous avoir un TDAH? Comment se manifestent les symptômes ? Leurs intensités d’expression journalière ? Sont-ils vraiment reliés au TDAH ou d’autres facteurs ?

 

3. Tests neuropsychologiques (évaluation des différentes fonctions cognitives)

Les tests se concentrent particulièrement sur différentes facettes comme l’attention soutenue (capacité à maintenir l’attention longtemps), l’attention sélective (être capable de se concentrer sur certaines choses, mais pas toutes), et sur les fonctions exécutives (planification, organisation, flexibilité) ainsi que les capacités de mémorisation, qui représentent les principales difficultés chez les TDAH.

Le neuropsychologue établit ainsi un profil forces/faiblesses et en étudie quel en est le fonctionnement.

Problématiques associées et conseils pratiques

Conseils pratiques

Photo de Elena Mozhvilo sur Unsplash

Le TDAH, étant très envahissant au quotidien, affecte la qualité de vie et augmente les risques d’addictions (consommation d’alcool ou de drogues), de se retrouver au chômage ou de se blesser accidentellement.

Il est malheureusement associé à un éventail important de comorbidités chez les adultes souffrant de TDHA : les tentatives de suicide et de mort prématurée sont très élevés, la dépression est presque 3 fois plus fréquente (in chadd.org) et près de la moitié manifeste également des troubles du spectre bipolaire (in BMC Psychiatry).

 

Conseil pratique :

L’ancrage dans l’ici et maintenant : lorsque nous travaillons sur un problème, il est crucial de parvenir à se concentrer sur et dans le moment présent. Nous devons éviter de nous perdre dans des pensées anxieuses concernant le passé ou le futur mais aussi être dérangés par un fond sonore bruyant.

Astuce : prendre le temps de respirer consciemment et ainsi être à l’écoute de ses sensations corporelles mais aussi être réceptif à l'environnement qui nous entoure. L’en soi interne (A) et l’extérieur à soi (B) doivent être connectés positivement : si c’est le cas cela créera une ambiance porteuse et facilitatrice pour bien canaliser ses compétences réflexives.

(A) Parfois aussi en se recentrant dans soi nous découvrons (ressentons consciemment) des points de douleurs dans notre organisme : par exemple au dos si je suis mal assis depuis un long moment, au ventre si j’ai mangé un repas qui ne me convenait pas ou au contraire si je n’ai pas pris le temps de manger, aux mollets ou si ma posture était crispée, aux lèvres souvent desséchées si je ne pense plus à boire régulièrement etc.

Tant que ces signaux corporels négatifs ne sont pas pris en compte et soulagés nos aptitudes mentales ne seront pas optimales car accaparées par ailleurs.

(B) Parfois nous nous rendons compte que le lieu où nous nous trouvons ne nous permet pas cet ancrage car il accapare toute notre sphère sensorielle dans des mécanismes de défense : soit il fait trop chaud ou trop froid, soit il est rempli de disturbateurs visuels ou sonores, soit il est trop lumineux ou manque de clarté, etc.

Film sur le TDAH

Film sur le TDAH

Photo de Noom Peerapong sur Unsplash

A quoi ressemble le quotidien avec un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité ? Mélanie vit avec ce syndrome et en a fait un film détonnant, "Patrologique", primé au festival Regards croisés. A voir sur Handicap.live.

"Mélanie se compare souvent à un lapin « Duracell ». Une sorte de pile électrique qui n'active jamais le mode « économie d'énergie ». Mélanie a un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), diagnostiqué à 43 ans. Elle en a aujourd'hui 50. Ce syndrome souvent incompris lui a inspiré un court-métrage : Patrologique. En six minutes, la réalisatrice, journaliste reporter d'images, a mis en image son handicap invisible. Ce qui lui a valu le Prix du jury jeunes dans la catégorie « milieu ordinaire » du festival Regards croisés en 2022”.13 avril 2023"

Par Clotilde Costil / Handicap.fr

Conclusion

Conclusion TDAH

Photo de Paul Skorupskas sur Unsplash

Bien que le TDAH soit de plus en plus connu chez les adultes, de nombreuses personnes vivent encore avec ce trouble sans avoir été diagnostiquées parfois par manque d’informations ou aussi par déni de leurs difficultés personnelles qui souvent les éloignent des autres et majorent l’ensemble de la symptomatologie.

Il est essentiel de prendre conscience des effets négatifs de ce trouble pour soi et pour son entourage, de ne pas les banaliser ou baisser les bras, de mener l’action pour le faire reconnaître médicalement. Le diagnostic ouvrira la voie aux traitements appropriés et prises en charge psychologiques adaptées pour aider l’adulte en souffrance à mieux gérer l’ensemble des symptômes associés au TDAH et vivre enfin une vie plus harmonieuse.

📢 A VOUS LA PAROLE 📢

On vous invite à communiquer avec nous : on est sûrs que vous avez des commentaires sur cet article et on serait ravis de les entendre : bon, critique, tant que c'est constructif, on est partants !

Et si vous avez des envies de sujets à traiter pour de prochains articles, pareil, faites nous signe !

Logo Let's Tolk blanc O bleu
bottom of page