top of page

Identité : qui suis-je ?

Dylan Patiram Psychothérapeute spécialisé en TCC

Auteur : Dylan Patiram

Psychologue Clinicien

Psychologue enregistré à l'ARS

11 min

26 février 2024

📕 Définition : Le concept d'identité

L'identité, c'est ce sentiment qui fait que vous vous sentez vous et pas quelqu'un d'autre.

De votre nom, jusqu'à votre marque de céréales favorite, en passant par vos convictions les plus profondes, de vos souvenirs et de vos valeurs, l’identité est le marqueur de votre singularité.

 

C'est bien plus qu'une carte d'identité, c'est un ensemble qui vous rend unique dans cet grand ensemble qu'est l'humanité. Individuelle et sociale à la fois, votre identité se balade entre ce que vous pensez de vous et ce que les autres perçoivent (et ce que vous pensez que les autres perçoivent de vous). Et vous savez quoi ? Elle est aussi dynamique, évoluant au rythme des saisons de votre vie, des expériences qui vous font grandir ou même des changements importants.

 

En résumé, votre identité c'est un peu comme une série Netflix : il y a toujours de nouveaux épisodes et des rebondissements inattendus qui vont influencer l’image que vous avez de vous même.

Idée clé : la façon dont nous nous percevons, que nous percevons les autres ainsi que le monde, joue un rôle essentiel dans la constitution de notre identité. Ces perceptions influencent grandement vos émotions, vos pensées et vos comportements.

Le rôle de l'estime de soi

Le rôle de l'estime de soi

Photo de Josh Rocklage sur Unsplash

L’estime de soi figure comme l’évaluation que je fais de mon identité. C’est le jugement que je porte à mon égard, comme un thermomètre de votre valeur personnelle.

 

Et selon la température, il y aurait une influence sur vos émotions, votre façon d'agir, ou encore vos pensées. Avoir une bonne estime de soi, c'est s'accorder le droit d'être fier, compatissant, de se sentir légitime et aimé. Et quand c'est le contraire, aïe, ça peut piquer. Donc, oui, l'estime de soi, c'est un peu le cœur de la bataille pour se sentir bien dans ses baskets.

Les bénéfices de se connaître

Les bénéfices de se connaître

Plonger dans l'aventure de la connaissance de soi, c’est s’ouvrir la porte à un monde de bénéfices, aussi bien dans la sphère personnelle que professionnelle.

Vous vous demandez comment? Asseyez-vous, prenez un café (ou un thé, soyons inclusifs), et laissez-moi vous guider à travers les merveilles que représente le fait de vraiment se connaître.

Développer sa confiance en soi

Contrairement à l’estime de soi, la confiance en soi fait référence à ce que l’on fait, à nos capacités, tandis que l’estime de soi parle davantage de ce que l’on est.

 

Et évidemment, elles se nourrissent mutuellement. Imaginez que vous êtes votre propre avocat : vous devez connaître vos points forts, vos vulnérabilités, vos pépites et même vos flops. C’est en scrutant tous ces aspects avec amour et humour que vous allez booster cette fameuse estime de vous-même.

 

Fixez-vous des objectifs atteignables pour le plaisir de vous applaudir lorsque vous les atteignez. S’accepter tel que l’on est sans jalouser le compte Insta de Kevin ou Justine, c’est aussi ça, le game de l’estime de soi.

Game changer : en pratique, vous pouvez prendre une feuille et noter vos points forts et vos points faibles. Je vous invite aussi à rajouter des moments où vous avez particulièrement incarné ces qualités.

Comprendre ses valeurs et ses besoins

Game changer pour les valeurs : Posez-vous la question « qu’est ce qui est vraiment important pour moi » ? « Qu’est-ce que je veux qu’on retienne de moi ? ».

 

Les valeurs s’incarnent dans toutes les actions que vous faites, en direction de celles-ci. C’est la qualité que vous représentez dans chaque action. Par exemple, vous voulez grimper dans votre boite, l’action choisie et la qualité incarnée, c’est le « comment » vous allez monter les échelons. En écrasant les autres ou en faisant équipe pour être plus fort ? Selon le « comment », la ligne d’arrivée aura une toute autre saveur, et le regard que vous porterez sur vous n'en sera que meilleur.

Game changer pour les besoins : il existe sur internet des listes qui recensent les besoins les plus importants des êtres humains, je vous conseille celle éditée par « Et tout le monde s’en fout ». Vous pouvez les lire et surligner ceux qui doivent être davantage comblés!

Le savez-vous ? La différence entre un besoin et une envie consiste en le fait que l’envie est une stratégie pour remplir un besoin. Parfois, la stratégie n’est pas adaptée, comme une envie de boire de l’alcool quand on se sent seul. Peut-être qu’appeler un ami est une meilleure stratégie à votre besoin. Prenez garde, certaines personnes ont fait l'apprentissage que leurs envies sont des caprices… et par conséquent, ne remplissent pas correctement leurs besoins. Vous êtes légitime d’avoir des besoins, par essence.

Brèves notions de psychologie : apprendre à se connaître

Brèves notions de psychologie pour apprendre à se connaître

Photo de Chase Baker sur Unsplash

Ah, l'introspection ! Dresser le portrait de soi-même n'est pas qu'une affaire de miroir : ça plonge aussi dans les méandres des facteurs psychologiques qui trament notre identité et nos actions.

Nous allons explorer 3 ingrédients clés de ce cocktail complexe : la masculinité, l'environnement, et oui, nos chers gènes.

Masculinité et identité

Alors, la masculinité, hein ? Ce concept qui semble avoir été gravé dans le marbre est en réalité plus flottant qu'une bouée dans une piscine.

 

Construit socialement et historiquement, il désigne un amas de caractéristiques jugées "masculines", en opposition aux attributs "féminins". Surprise : rien de biologique là-dedans !

Mais plutôt des normes, des valeurs et des rôles qui dansent selon l'air du temps. C'est aussi un sceptre de pouvoir, qui, en plus de nous octroyer des privilèges, peut exclure ou sous-estimer d'autres expressions de genres. Se pencher sur sa masculinité, c’est comme regarder dans un miroir déformant : il faut être prêt à reconnaître ses atouts et ses limites, et à saluer la diversité des identités de genre.

Importance de l'environnement

Et l'environnement dans tout ça ? Imaginez-le comme tout ce qui vous entoure, du chant des oiseaux à la foule urbaine. Cet environnement a le super-pouvoir d'influencer notre développement, notre bien-être, et la façon dont on se comporte.

 

Il nous fournit le menu de base pour survivre – air, eau, Big Mac – mais aussi le décor de notre existence. L’environnement peut être notre muse ou notre némésis : il inspire la créativité, favorise les liens mais peut aussi être source de stress ou de pollution.

 

Se connaître, c'est donc aussi piger notre lien à cet environnement, saisir comment on y puise nos ressources, comment on y laisse notre marque (pour le meilleur et pour le pire). L’environnement peut très bien servir de socle d’apprentissage et de mimétisme, mais aussi de savoir ce qu’on ne veut pas.

 

L’idée d’environnement est fondamentale, car un arbre ne pousse pas d’une terre pleines de toxines. De la même façon, arroser une arbre malade qui pousse dans ces terres n’est pas plus utile.

La génétique et notre comportement

Enfin, parlons génétique, cette science des petits caractères (non, pas ceux que vous utilisez pour tweeter). Les gènes, cette suite de lettres dans notre ADN, sont à l’origine de nos traits et de certaines de nos tendances.

 

Pourtant, la génétique joue moins le rôle de destin inébranlable que celui d’une base de lancement. Car oui, le comportement est le fruit d’une salsa endiablée entre nos gènes et l’environnement. Connaître ses gènes, c’est bien, mais embrasser son histoire, son contexte et sa capacité à choisir est tout aussi crucial. Se connaître, c’est accepter cette danse entre ce que la nature a scribouillé dans notre code génétique et les choix qu'on pose, notes après notes, sur la partition de notre vie.

Outils et techniques pour mieux se connaître

Outils et techniques pour mieux se connaître

Apprendre à se connaître, c'est un peu comme partir à l'aventure sans carte ni boussole : excitant mais aussi un poil intimidant. Heureusement pour nous, aventuriers de l'intériorité, il existe des outils et techniques prêts à nous guider dans les méandres de notre âme.

On va déballer ensemble 3 de ces trésors : l'auto-évaluation, le journal intime et la méditation. C'est parti !

Auto-évaluation : Questions à se poser

Imaginez un instant pouvoir ouvrir un dialogue avec vous-même comme on démarre une conversation captivante autour d'un bon café. C'est un peu l'idée de l'auto-évaluation.

 

Se questionner sur ce qui nous anime, nos valeurs, ce qui nous fait vibrer ou frémir, nos atouts et nos petites faiblesses. L'idée, c'est de faire un état des lieux de là où vous en êtes, de fixer des caps, suivre vos avancées, mais aussi oser se remettre en question.

 

Et vous pouvez le faire en mode freestyle, juste en vous parlant à vous-même, ou en mode plus organisé avec des tests de personnalité, des enquêtes sur vos valeurs, bref, tout un arsenal pour décrypter votre moi profond.

Le cahier « Burn after writing » peut-être un point de départ si vous ne savez pas par où commencer.

Journal intime : Écrire pour se comprendre

Le journal intime, c'est votre confident papier (ou numérique, on ne juge pas). Un espace où déballer sans filtre vos pensées, sentiments, les moments forts comme les doutes, vos rêves ou vos peurs.

 

En écrivant, on se déleste, on garde une trace, on se découvre sous un autre jour, on se révèle à soi-même. Que vous optiez pour un carnet secret, un blog perso, un bullet journal ou même des feuilles volantes, l'important c'est de laisser libre cours à votre expression. Et pourquoi pas agrémenter le tout de gribouillis, photos, collages ou citations inspirantes ?

Game changer : écrire en étant connecter à ses émotions, ça fait la différence !

Méditation et introspection

La méditation, c'est un peu le super pouvoir de faire fi du brouhaha ambiant pour se recentrer sur l'essentiel : vous.

 

En vous focalisant sur votre respiration, votre corps, ou encore un mantra, vous apprenez à calmer le jeu, à apaiser l'esprit, à vous recentrer, à tisser un lien plus authentique avec votre moi intérieur. Seul ou à plusieurs, en silence, rythmé par une mélodie douce ou du Rammstein, chacun sa formule magique.

 

Et là-dedans, l'introspection s'invite : cet art délicat d'aller fouiner en soi, de s'observer sans tabou, de questionner ses ressorts, ses envies, ses blocages. Un sacré voyage vers soi, en somme. Sur youtube ou via l’application « Le petit bambou », les ressources de méditation guidée ne manque pas sur le net.

Le rôle des autres dans notre perception de nous

Le rôle des autres dans notre perception de nous

Alors vous pensez être le maître de votre navire, le seul architecte de votre identité ? Permettez-moi de vous contredire avec élégance.

 

Les autres, ces personnes qui peuplent notre quotidien, sont des pièces maîtresses dans la façon dont on se perçoit. C’est un peu comme si on était des miroirs les uns pour les autres, pas vrai ? Ils nous aident à peaufiner cette image de nous-même, à accueillir notre singularité à bras ouverts et, cerise sur le gâteau, ils nous boostent dans notre quête incessante de devenir une meilleure version de nous-même.

 

Ça mérite une petite exploration pour découvrir en quoi papoter et recueillir des avis sont des outils en or pour se connaître sous un nouveau jour.

Plus l’image renvoyée de vos parents a été stable et valorisante, moins vous irez chercher de reconnaissance dans les yeux des autres. Autrement dit, l’autre est le premier feedback de ce que l’on est.  Si vos premières images réfractées sont floues, alors il y a des risques qu’elle le soit encore aujourd’hui.

Importance de la communication

La communication, c’est bien plus qu’un simple babillage ou échange de regards. Que ce soit à travers des mots, des gestes, écrits ou non, directs ou par pigeon voyageur, elle a ce pouvoir exceptionnel de mettre nos pensées, nos rêves, nos peurs sur la table.

 

Mais ce n’est pas tout ! Elle nous donne cette opportunité, non négligeable, d’ouvrir nos esgourdes pour vraiment entendre ce que d’autres ont à dire, de les piger et de les valider.

 

Bingo ! C’est aussi par ce biais qu’on cimente notre place dans la société, en jonglant avec les normes, les valeurs, les attentes de nos tribus. Et que dire de ce fabuleux voyage à la découverte de l’Autre, un périple qui élargit notre horizon à des cultures qui nous étaient étrangères, à des perspectives aussi diverses qu’enrichissantes. La communication, mes amis, c’est le couteau suisse de l’existence sociale.

Recevoir et donner des feedbacks

Ah, les feedbacks ! Ces petits mots doux (ou piquants), qu’on se chuchote à l’oreille ou qu’on lance comme des confettis, sont de précieuses pépites d’or.

Qu’ils soient enveloppés de formalités ou murmurés spontanément, qu’ils viennent après une demande explicite ou surgissent de nulle part, ils sont cette fenêtre ouverte sur la perception qu’autrui a de nous. C’est un peu comme se regarder dans un miroir, mais à travers les yeux des autres.

 

Ces retours nous invitent à la remise en question, à l’auto-amélioration, à un dépassement de soi de tous les instants. Et comme si ça ne suffisait pas, ils tissent entre nous des liens solides, ils sont le socle de la confiance, le terreau de la reconnaissance et le moteur de la motivation.

 

En somme, les feedbacks, c’est le secret d’une coexistence épicée et harmonieuse. Si vous avez l’impression que c’est difficile de recevoir des compliments ou des critiques, n’hésitez pas à clarifier, notamment en demandant des faits.

Conclusion

Conclusion

Photo de Sean Benesh sur Unsplash

Voilà, vous avez parcouru le chemin avec nous dans cet exposé de funambule sur soi-même.

 

De fouiner dans les recoins sombres de nos personnalités à fouetter la poussière vers le haut pour apercevoir la lumière de nos propres feux d'artifice - c'est la grande aventure que nous avons entamée.

On a déballé ensemble les cadeaux de la connaissance de soi : cette confiance en soi qui se muscle, ces motivations et besoins qu'on peut enfin appeler par leurs noms, cette sensation grisante d'épanouissement et la douce réalisation de soi.

Mais comment on arrive à mettre le doigt sur ces joyaux cachés ? Ah, on a fouillé dans la boîte à outils : l'auto-évaluation, le journal intime où on ne cache rien, la méditation pour faire taire le brouhaha et écouter ce murmure intérieur, et bien sûr, cette liste est non exhaustive.

Et, parce qu'on n'est pas des îles désertes (même si l'idée a son charme), on a vu l'importance capitale de ces autres, nos miroirs vivants. Ces interactions, ces échanges, ces feedbacks fabuleux qui nous permettent de nous voir sous un autre angle, et parfois, de rectifier le tir.

Se lancer dans cette quête de soi, c'est comme ouvrir une carte au trésor sans fin. Cela exige du temps, de la patience, une sacrée dose de curiosité, mais quel voyage passionnant ! Cette aventure, c'est un ticket pour découvrir les territoires inexplorés de notre propre univers. Alors quoi, on attend quoi ? Plongez dans l'aventure de vous-même et découvrez la multitude de trésors qui se cachent derrière "Qui suis-je vraiment ?"

bottom of page